· 

Quand la vie joue avec tes théories

Quand la vie s'amuse avec tes théories matinales

- Alors tu en es où ?

- Où de quoi ?

- Ben un amoureux ou pas ?

- Non, pas l'ombre d'un ! En même temps, à quel moment veux-tu que je rencontre quelqu'un ? Je cours dans tous les sens ! 

... 

J'ai peut-être un créneau entre 1h et 5h du matin. 

Sur ce pitoyable constat, je vais rejoindre Morphée.

 

Au petit matin, face à ma tartine, je repense à cette conversation et... Sur la route ! Je peux rencontrer quelqu'un sur la route, là, j'ai un créneau. Un auto-stoppeur, par exemple !

 

Là, mon cerveau, qui est déjà en mode insertion professionnelle...

- Ben oui, nous partons travailler dans 5 minutes.

Donc mon cerveau me souffle : attention ! Auto-stoppeur = sans permis. Pas de permis = retrait pour alcool ou autre raison = collection d'emmerdes. Je sais que le raccourci est minable, mais c'est un matin gris et mon cerveau est de moyenne humeur et pas un sous romantique. Toujours est-il que ça me calme le fantasme. Du coup, je démarre basiquement la voiture et je pars bêtement bosser. Point !

 

Sauf que la vie a décidé de s'amuser !

 

A la sortie du bled, sur le bord de la route, un type tend le pousse. Et oui, je m'arrête *! Et non je n'ai pas peur !* Le beau mec me confirme que je vais dans sa direction, donc la bonne direction. Il pose son sac à dos et s'installe. Et on se met à jaser.

Mon cerveau ne la ramène pas... Je dirai même qu'il se fait tout petit... Je profite. Je savoure. Je me régale. Je me régale du moment. Il travaille dans le social et, là, il va déconnecté en marchant. Il s'offre une rando avec son sac à dos... Et nous causons. Et nous partageons. Et je me colle aux fesses d'un camion et qui frôle de loin

les 70km/h... Je laisse filer cette ligne droite, là où la veille je pestais plus proche de la dizaine des 9... Enfin ça faut pas le dire ! Toujours est-il que, là, je savoure le moment, avec Brassens en sourdine.

 

Zut ! Je suis arrivée.

Flûte ! Il va continuer vers sa rando et je vais enchaîner les rendez-vous.

Oh et puis, je plaque  tout pour aller randonner avec lui !

...

En même temps, il ne m'a pas invitée ! Je tourne mais talons vers un bureau sans âme et mes rendez-vous avec ce rayon de soleil, ce clin d’œil de la vie qui me dit d'ouvrir les yeux et de ranger mes théories à deux balles !y a du 

 

Au bord de la route, il y a du beau monde sur terre.

 

 

*Réponses aux questions régulièrement posées par des conducteurs qui n'ont jamais du faire du stop.

Écrire commentaire

Commentaires: 0